Sommaire

L’épiglottite est une infection bactérienne grave de l’épiglotte qui touche essentiellement les enfants. Aujourd'hui, elle est devenue assez rare dans les pays occidentaux, grâce au développement de la vaccination. Elle persiste toutefois chez l’adulte, rare mais souvent sévère.

En raison du risque de complications graves, cette maladie nécessite une prise en charge en urgence du patient pour la mise en place d’un traitement adapté et d’une surveillance étroite.

Tout savoir sur l’épiglottite aiguë

L'épiglottite aiguë, parfois appelée laryngite aiguë sus-glottique par les spécialistes, est une infection de l’épiglotte. L’épiglotte est une structure cartilagineuse du larynx. L’origine de l’infection est dans la majorité des cas la bactérie Hæmophilus influenzæ de type b, même si d’autres bactéries peuvent être en cause. En effet, chez l'adulte, Streptococcus est actuellement le pathogène le plus souvent identifié (22,1 % des cas), Haemophilus et Staphylococcus étant retrouvés dans respectivement 5,1 % et 4,5 % des cas.

Cette infection survient généralement en automne-hiver et touche majoritairement des enfants, entre l’âge de 7 mois et l’adolescence, avec un pic de fréquence autour de 3 ans. Les garçons sont plus affectés que les filles (60 % contre 40 %) et les adultes sont très rarement touchés par cette pathologie (en cas de déficit immunitaire ou de prise d’un traitement immunosuppresseur par exemple avec au final 3,6 ‰ des adultes concernés).

Laryngite

Article

Lire l'article Ooreka

Les symptômes de l’épiglottite

L’épiglottite est une infection bactérienne grave qui débute généralement par une simple laryngite qui évolue ensuite rapidement vers les symptômes suivants :

  • une fièvre élevée, supérieure à 39 °C ;
  • des maux de gorge (odynophagie) ;
  • des troubles respiratoires d’origine laryngée, nocturnes, brutaux et s’aggravant rapidement ;
  • des difficultés pour avaler (dysphagie) avec une sécrétion importante de salive ;
  • une voie altérée, couverte et étouffée (enrouée) ;
  • un stridor ;
  • une toux sèche ;
  • un gonflement important et douloureux des ganglions de la tête et du cou ;
  • un enfant en position assise, penché en avant, bouche ouverte, langue tirée (attitude très caractéristique de la maladie) ;
  • un enfant agité puis rapidement léthargique.

L’épiglottite est une infection grave qui peut entraîner des complications sévères, comme :

  • une propagation de l’infection dans l’organisme (pneumonie, méningite) ;
  • un arrêt cardiorespiratoire ;
  • un œdème pulmonaire, un pneumothorax (rare).

Diagnostic de l’épiglottite

Dans la grande majorité des cas, l’auscultation de l’enfant permet au médecin de confirmer immédiatement le diagnostic. Des précautions sont importantes à prendre. On évitera notamment l'examen ORL avec un abaisse-langue, de même qu’une radiographie du larynx.

L’épiglottite est une urgence vitale. L’enfant doit être immédiatement hospitalisé et transféré par les services de secours (pompiers, SAMU) qui le transporteront en position assise ou semi-assise en fonction de son âge. À son arrivée à l’hôpital, des prélèvements sont effectués pour rechercher la bactérie responsable de l’infection.

Chez l'adulte, une naso-fibroscopie devrait être réalisée systématiquement pour exclure (ou confirmer) la présence d’un abcès épiglottique. La présence d’un tel abcès, de stridor, de dyspnée, de bactériémie, ou des antécédents de diabète, sont les principaux signes cliniques prédictifs de la nécessité d’une intervention au niveau des voies aériennes.

Traitement de l’épiglottite

L’épiglottite aiguë est une urgence médicale qui nécessite une hospitalisation et une prise en charge médicale immédiates.

Le traitement repose sur plusieurs éléments :

  • une intubation transitoire pour aider l’enfant à respirer ;
  • l’injection immédiate d’un corticoïde pour réduire l’inflammation de l’épiglotte ;
  • un traitement antibiotique par voie intraveineuse pendant plusieurs jours (céphalosporine de 3e génération).

L’efficacité de la corticothérapie intraveineuse et du drainage chirurgical d’un abcès épiglottique reste controversée.

La vaccination dès l'âge de 2 mois est le seul moyen de prévention de cette infection grave chez l'enfant. C'est pourquoi ce vaccin est rendu obligatoire. Aucune sanction n'est prévue pour les parents d'un enfant non-vacciné mais celui-ci ne sera pas admis en collectivité (crèche, école, centre de loisirs, etc.). Le maintien de l'enfant en collectivité est en effet subordonné à la justification chaque année de la réalisation des vaccinations obligatoires (décret n° 2019-137 du 26 février 2019, venu compléter l'article R. 3111-8 du Code de la santé publique). 

Ces pros peuvent vous aider